À propos de Jacques Charmelot

Jacques CharmelotJe suis journaliste depuis 1980, et j’ai travaillé pendant 30 ans pour l’Agence France Presse. En Afrique, au Moyen-Orient, aux Etats-Unis, dans les Balkans. Quelques guerres ont émaillé ce parcours, au Tchad, en Iran, au Liban, en Somalie, en Bosnie, en Erythrée, et bien sur en Irak. Ainsi que des tentatives de paix en Palestine ou dans les Balkans. Depuis janvier 2012, je suis indépendant et j’ai participé à la réalisation de  films documentaires pour la  télévision, notamment en Irak, en Bosnie, en Israël, à Gaza, et au Liban. J’ai écrit plusieurs livres pour la maison d’édition italienne, Rizzoli, dont un roman sur la guerre en Irak, « Kerbala ». Finalement, aprés tout ce temps, et tout ce travail, je suis plus que jamais convaincu que la banalité est l’ennemi le plus périlleux du journalisme. Et que la rapidité de diffusion des formules creuses nous expose à de cuisantes déroutes de l’intelligence. L’information a besoin d’une bonne dose de curiosité, d’une pincée de scepticisme,  d’un zest de mémoire et d’un brin d’humilité, pour être digérée, sans écoeurer ni endormir.

En créant « Compas », j’ai eu envie de poursuivre la découverte du Moyen-Orient, une région du monde, dont nous, Européens, cotoyons l’histoire, sans discontinuer, depuis plus de 2000 ans.  J’ai voulu partager avec ceux qui en auront la curiosité les réflexions qu’elle m’inspire, ou les craintes qu’elle provoque. « Compas » met de l’ordre dans le flot d’informations qui concernent le Moyen-Orient, la région la plus explosive du monde. C’est un outil qui permet de naviguer dans ce bouillonnement permanent où se mêlent religions, pétrole, armes, immenses richesses et terribles désespoirs. Et c’est la chronique d’une tragédie annoncée, vers laquelle le monde avance les yeux ouverts. C’est cette histoire là que « Compas », jour après jour, va raconter à ceux qui veulent l’entendre.